AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Mer 29 Juin - 22:20

Aenor Efflamm
Infos Générales :
▬ Âge et Date de Naissance : Aenor est âgé de presque quatorze ans, âge qui change tous les seize octobre.
▬ Nationalité : Irlandais, avec des origines françaises (bretonnes, plus précisément)
▬ Sexe et Sexualité : Aenor est né en tant que garçon, et n'a pas d'orientation sexuelle définie, ou du moins, dit ce qui l'arrange quand à ce sujet.
▬ Groupe : Pensionnaires
▬ Club : Club de Littérature
▬ Études : Il se trouve être au Troisième Grade, au lycée
▬ État Civil : ...Trop jeune ?
▬ Travail : Elève
Description Physique :

"Le visage de l'enfant lapin"

C'est cet enfant, qui vous semble à peine âgé d'onze ans, que vous apercevez. Il est là, assis sur une chaise, la tête tendrement posée sur sa petite main. Ses cheveux fins, aussi blancs que la neige, retombe de par et d'autre de son visage pâle, nuage de fils argentés, le blanc calice d'une fleur des eaux. Son visage présente encore les rondeurs de l'enfance, avec des joues timidement rosées, un petit nez, de minuscules oreilles en abricot, une petite bouche féminine, et de grands yeux d'un bleu rêveur cerclés de longs cils corbeaux. Plus petit que les garçons de son âge, et plus frêle, il paraît toutefois plus masculin que féminin, notamment de par sa voix qui a tout de celle d'un garçon normal.
Souvent habillé en bleu, ou en blanc, la couleur qu'affectionnait sa jumelle, il aime également s'affubler de breloques d'un tout autre genre. Il s'est déjà baladé avec un ras-au-coup en cuir noir, et porte très souvent des bandages sur les avant-bras, et d'amples bracelets, pour cacher de curieuses marques qu'il a sur les poignets, qu'il décrit comme "des sacrifices pour le rituel". Difficile de savoir d'où il sort ces frasques. Il faut dire qu'il peut être si excentrique...
Il garde toujours un sac sur lui. Un sac avec ses cahiers, évidemment, mais aussi un lapin en peluche. Un petit lapin blanc, à la fourrure rêche, avec de jolis yeux bleus, comme les siens, mais aussi ceux de sa sœur. Souvent, on trouve d'ailleurs des lapins dans ses vêtements. Certaines mauvaises langues parlent même d'un pyjama lapin, mais apparemment, ce ne sont que des inepties cette fois... D'ailleurs, il dit préférer les chats.

Description Mentale :

"Qui est il ? Que pense t-il ?"

Qui n'a jamais été étonné par cette adorable touffe ivoire, avec toutes ses histoires abracadabrantes, dîtes d'un sérieux pathétique ?
Aenor est connu pour être un élève particulièrement studieux. Ses résultats dépassent souvent les espérances, et il s'illustre parmi l'élite. Malgré cela, il a tendance à déplaire, notamment dans les devoirs de réflexion, de par ses avis souvent dérangeants. Il est également perfectionniste à souhaits, et ne tolère absolument aucun échec.
C'est un adolescent téméraire, vraiment imprudent, qui ne semble pas voir le danger, ou alors l'ignorer royalement.  Il déteste se plier aux règles, et préfère davantage y désobéir de la manière la plus discrète possible, n'aimant évidemment pas se faire prendre. Il considère que le règlement est fait pour être contourné. En plus de cela, il n'apprécie pas être comme tout le monde, préfère paraître étrange, en s'habillant avec un ou des accessoires étranges, même si sa chevelure décolorée suffit déjà bien parfois.
C'est un adolescent silencieux, qui fait en sorte de parler le moins possible, si bien qu'on n'entend sa voix que rarement. D'une nature discrète, c'est le genre de personne à marcher sans un bruit, et à ne pas vouloir le contact, ce qui parait être aux antipodes de son look parfois extravagant. Il n'aime pas vraiment parler de lui, sûrement pas de la raison pour laquelle il a un lapin en peluche dans son sac, ce qui n'a d'ailleurs rien de particulièrement viril. Malgré cela, de nature curieuse, il aime écouter les dialogues des autres sans y prendre part, et témoigne d'un fort intérêt pour tout ce qui est nouveau. Il ressent constamment le besoin de tout savoir.
Aenor est un enfant rêveur, qui passe souvent une partie de son temps dans la lune, quand ce n'est pas à travailler, lire ou dessiner. Il aime se créer de multiples univers, et collectionne une flopée de créatures pour chaque monde. Il aime s'évader dans son imaginaire quand il se sent seul. C'est entre autre une manière de ne pas exposer sa sensibilité à la moindre remarque blessante, car il exècre montrer ses sentiments.
Il est terriblement individualiste, et déteste avoir à travailler avec quelqu'un d'autre. Il n'est d'ailleurs pas particulièrement doué pour la communication, et aime bien que tout soit fait à sa manière. D'ailleurs, brouillez son plan de travail juste d'un brin, et il viendra tout refaire votre travail depuis la première étape. Il déteste également que les choses soient mal faîtes, et ressent le besoin de tout corriger. L'empêcher de tout remettre en ordre serait d'ailleurs une incommensurable source d'angoisse pour lui.
Aenor n'a visiblement pas appris que la politesse était très importante, car il ne mâche jamais ses mots. Les rares fois où ils parlent, il est courant qu'il émette quelques vulgarités.
C'est un adolescent qui ne parvient pas vraiment à positiver. Il ne voit que la pire des situations, et se prépare donc toujours pour le pire. Il n'entrevoit pas d'avenirs radieux, et est angoissé plus que jamais pour le moindre examen.
Cela reste un adolescent très possessif envers toutes les choses auxquels il s'attache. Il ne supporte pas qu'on se colle trop à ces personnes ou choses, et aime bien les garder pour lui, et les protéger comme si ils étaient de petits animaux fragiles. Il faut dire qu'il a très peu envie de perdre quelqu'un d'autre...
Aenor est téméraire, mais aussi joueur. Il aime relever les défis, quels qu'ils soient, et qu'importe les risques. C'est un enfant en quête d'adrénaline, de quelque chose qui pourrait le faire vivre en dehors des livres, qu'importe ce que cela peut apporter. Il aime d'ailleurs prévoir ses victoires, et possède un certain don pour vaincre certains catégories de personnes.
C'est quelqu'un de fantaisiste, qui n'aime pas suivre la normale. Il aime faire part de ses frasques, ses contes, et ne cache pas ses croyances stupides.  Il est toutefois ouvert aux autres avis, même si cela ne l'intéresse guère.
Aenor est quelqu'un d'assez doué dans quelques domaines, mais qui n'aime pas qu'on le lui fasse remarquer. Il aime se perdre dans son petit monde, mais ne considère pas ce qu'il fait comme étant extraordinaire. Il aime aider les autres à accomplir leurs rêves, et trouve cela fascinant.
C'est quelqu'un d'extrêmement digne de confiance. Il garde très bien les secrets, mais n'en divulgue que rarement de son côté. Un brin cachottier, il aime garder pour lui seul ce qui le concerne.
Avec les personnes qu'il apprécie, il peut se révéler bien plus enfantin, avec des tendances boudeuses, et de fréquentes envies de faire des câlins. D'ailleurs, il justifie ceci par "Les câlins sont plus vrais que le reste".

Histoire :
"Nous sommes nés en Irlande, avec Aelinn. L'Irlande, c'est le pays que papa adorait. L'Irlande des livres. Avec les paysages sauvages, le vent, les légendes... Maman a accouché en octobre, alors que le paysage était orangé. Aelinn était arrivée en première. Papa a raconté qu'elle a tout de suite hurlé, et qu'elle avait déjà une belle touffe de cheveux sur le crâne. Elle était plus grande et grosse que moi, et faisait plus de bruit aussi. Papa a dit qu'on aurait put me perdre, parce que j'étais très fragile. Ce n'était pas très glorieux, pour un garçon. Maman a insisté pour vite sortir de l'hôpital. Maman, la pire des sorcières."

Aelinn et Aenor ont vite eu leurs cinq ans. Tous les deux roux, avec de grands yeux bleus, à l'image de leur papa, de parfaites copies, si ce n'est qu'Aelinn était une fille, et Aenor un garçon. Ils étaient inséparables, et n'avaient guère besoin de parler pour se comprendre. C'était peu dire qu'ils étaient liés. Impossible de les mettre l'un sans l'autre, même à l'école. Si Aelinn était séparée d'Aenor, ils se mettaient tout deux à pleurer à chaud de larmes, sans pouvoir s'arrêter. Aenor tombait très souvent malade, et sa jumelle restait toujours à côté de lui. Quand il était rétablit, ils allaient courir dans le bois près de chez eux, accompagné de Roger, un bon vieux berger belge d'onze ans, qui appartenait à leur père, et veillait sur eux.

"On avait cinq ans quand maman est partit sans prévenir de la maison. Elle a rien dit à papa, et on ne savait pas où elle était partit. Papa a d'abord crut qu'elle avait été enlevé, mais elle avait prit toutes ses affaires. Avec Aelinn, on en a affreusement voulut à maman. Depuis qu'on était petits, elle ne s'était jamais vraiment occupé de nous, et elle partait souvent chez le "médecin". Papa nous avait toujours dit que ce n'était pas de sa faute, et qu'il l'aimait de tout son coeur. Et nous, on se mettait à penser que maman n'aimait pas papa."

Les jumeaux avaient sept ans quand Roger est décédé, après s'être battu avec un autre chien.

"Je me souviens que papa était rentré dans le salon, il avait éteint la télévision, et avait tout simplement dit que Roger ne reviendrait pas. Nous n'avions pas compris sur le coup. Aelinn, plus intelligente que moi, avait compris en première. Et puis, on avait fondu en larme. On était restés, l'un contre l'autre, avec papa qui nous entourait de ses grands bras.
Le lendemain, il est partit nous acheter des livres, vu qu'on avait apprit à l'école comment faire. Aelinn et moi adorions qu'il nous raconte des histoires, le soir, mais c'était bien mieux si l'on pouvait lire tout seuls. Le premier livre qu'on avait lu, c'était "Narnia", et on l'avait lu ensembles. Papa disait que c'était bien de commencer par ça. On avait pensé qu'on était un peu petits pour lire, car, on avait fait des cauchemars après..."


Aelinn et Aenor étaient inséparables. Deux petites têtes rousses, qu'on ne pouvait dissocier d'un point de vu moral, qui faisaient tout ensembles. Même physiquement, il était peut être dur de les dissocier, bien qu'Aenor ait les cheveux courts, et qu'il soit sensiblement plus petit que sa jumelle.
Un couple de jumeau qui grandissait. Leur papa les comparait à des fleurs qui fleurissaient. Aelinn adorait les fleurs, mais Aenor pensait que ça faisait trop "fille". Ils lisaient beaucoup, comme leur père. Celui-ci voulait qu'ils deviennent des personnes respectables, peut être bien des historiens, ou alors des scientifiques. Les jumeaux étaient premiers de leur classe, et ils participaient activement à l'aide leurs petits camarades. Ils ne subissaient pas de moqueries quand à leur chevelure : les roux étaient plus courants en Irlande, et ça ne perturbait personne.

"On avait dix ans quand nous avions faillit nous noyer, ce jour-là, à la piscine. C'était cet idiot de Dudley. Il s'était approché de la petite planche en mousse sur laquelle nous étions, et avec ses copains, il avait proposé de jouer aux pirates. Nous avions de concert dit que c'était un peu puéril, qu'on était grands, mais au final, on en avait convenu que c'était peut être drôle. Et c'était vrai : au début, nous nous étions bien amusés. Et puis, le maître nageur s'était absenté, nous laissant seulement sous la surveillance de notre institutrice qui ne savait pas nager. Sauf que ni moi, ni Aelinn ne savions comment faire non plus. Et la bataille avait dérapé quand Dudley avait piqué la ceinture flottante de ma jumelle. J'avais voulut la rattraper pour elle, et voyant que je n'y arrivais pas, et qu'ils poussaient ma soeur vers le bord, je lui avais lancé la mienne. Sur le coup, les autres ne s'étaient pas rendus compte : ils riaient trop, ce n'était qu'un jeu. Et puis, j'avais tendu la main pour attraper la ceinture d'Aelinn. A ce moment là, j'ai entendu quelqu'un tomber, et le cri de ma sœur m'est parvenu. J'avais tenté de la suivre, l'apercevant accrochée à la ceinture, pleurnichant, appelant de l'aide. La maîtresse s'était levée pour aller chercher le maître nageur, nous avait demandé de l'aider.
J'avais tendu la main à ma jumelle, et s'était agrippée, et j'étais tombé avec elle. C'était étrange, de se noyer. On pataugeait, on ne pensait pas à grand chose, on tentait d'attraper ce que l'on pouvait. Dudley et les autres regardaient sans comprendre, trop médusés pour agir. Aelinn s'était agrippé à mon bras, et on n'arrivait pas à garder la tête en dehors de l'eau. J'avais eu vaguement envie de pleurer, j'avais pensé à papa, et j'avais but la tasse. Au bout d'un moment, j'avais constaté terrifié que la lumière paraissait floue et lointaine. Le maître nageur était alors arrivé, et nous avait sortit de l'eau.
Suite à cela, nous avions eu une véritable peur de l'eau, et papa nous avait changé d'école."


Le père était furieux. Il fallait dire que ses enfants auraient put se noyer. Ils ont par la suite déménagé, et changé d'école. Cette école, c'était une des meilleures du pays, à Dublin. Les jumeaux n'aimaient pas la ville, ils préféraient la campagne. Leur seule consolation, c'était qu'il y avait une énorme bibliothèque, avec pleins de vieux livres qui sentaient bons, juste à côté de chez eux.

"Quand nous nous sommes installés à Dublin, nous avons commencé les cours dans une nouvelle école. Tout m'a semblé aller très vite de notre côté. Avec Aelinn, on s'est un peu perdus de vu. On ne lisait plus les mêmes livres, et elle trainait avec une bande de filles un peu bizarres. Je n'avais pas d'amis, parce que pour moi, il n'y avait toujours eu qu'Aelinn. Je l'observais de loin, assis sur un banc. Certains soirs, nous nous disputions, et elle me reprochait de ne faire aucun effort. Ça s'est envenimé quand elle a flashé sur un garçon en Enseignement secondaire. Il était mille fois trop grand pour elle ! Ça m'avait mit dans un état pas possibles, et j'avais essayé de tout faire rater entre eux dès que je les voyais ensembles. J'avais peur pour ma soeur, elle était devenu si... bizarre... Elle lisait des histoires d'amour, elle parlait de garçons avec ses copines, et en rentrant, elle traînait avec ce grand.
Papa me rassurait en disant que c'était normal, qu'elle devenait une femme, mais je ne comprenais pas bien. Sans elle, j'étais un peu perdu. On avait été identiques dix années, à dire les mêmes choses, penser les mêmes choses, comme une seule et même personne. Et maintenant qu'elle se détachait de moi, j'avais l'impression de n'être plus rien. Elle changeait, mais pas moi. Je ne la comprenais plus."


Les jumeaux étaient plus ou moins séparés. Le père avait vite remarqué que tandis que sa fille s'épanouissait, son fils se renfermait sur lui-même, comme pour se cacher dans une coquille, et observer l'autre devenir une belle fleur. Il avait tenté de les réconcilier, mais Aelinn était très en colère contre son frère depuis qu'il avait ruiné sa romance avec ce garçon en enseignement secondaire.
Et puis, elle était passée sur un autre garçon un an plus tard, alors qu'elle n'avait qu'onze ans et demi. Là, ce fut le père qui s'en mêla. Parce qu'Aelinn était allé sur un terrain dangereux.

"Papa était très en colère, quand Aelinn était tombée amoureuse d'un garçon du Trinity College. Papa avait voulut parler au garçon, voir à quoi il ressembler, savoir qui il était. J'étais très inquiet, mais pas autant que papa. Un jour, le garçon est venu à la maison. Aelinn ne lui avait jamais dit qu'elle avait un jumeau, parce qu'un moment, alors que je sortais de ma chambre, tandis qu'Aelinn farfouillait dans son armoire, il m'a prit pour elle. J'ai tenté de m'expliquer vainement, jusqu'à être sauvé par ma jumelle.
Le soir, pour la première fois depuis longtemps, il m'a semblé que nous n'étions plus qu'une personne à nouveau. Et j'en suis venu à bénir la rencontre entre ma sœur et ce garçon. Elle m'a parlé de l'amour, de ses amies à l'école, et elle a dit qu'elle se sentait merveilleusement bien, légère, heureuse. Elle disait que quand elle était avec ce garçon, tout lui semblait beau, mais qu'il n'avait jamais voulut l'embrasser, parce qu'il disait qu'il attendrait qu'elle soit grande. Elle avouait être impatiente d'être grande. Ça m'avait semblé passionnant. Elle pétillait d'une vitalité qui ne pouvait qu'être la sienne, et nous avions longuement discutés, assis sur un même lit.
Elle m'avait confié vouloir une teinture de cheveux, avoir des cheveux blancs comme neige, parce qu'elle souhaitait étudier aux Etats Unis, et là bas, elle ne voulait pas recevoir de moqueries parce qu'elle était rousse. J'étais bien d'accord avec elle, ça lui irait bien. Et moi aussi, je voulais aller avec elle aux Etats Unis, et qu'on reste jumeaux jusqu'à la fin des temps."


A leurs douze ans, le père a craqué, et accordé une teinture pour ses deux enfants. Il fut toutefois médusé en voyant qu'ils avaient la même longueur de cheveux en sortant. De parfaites copies, avec le même sweat ample, de telle manière qu'on ne puisse pas voir la poitrine naissante d'Aelinn, donc qu'on ne puisse les différencier. Aelinn sortait toujours avec le grand garçon, et ça ne plaisait pas au père. Pas du tout.
Aenor lui était heureux, parce qu'il traînait avec les amies de sa soeur, bien qu'il ne parle jamais, et le soir, elle lui parlait des choses qu'il savait déjà. Il s'était mit à beaucoup dessiner, et s'était inscrit à la danse avec sa jumelle. Bien évidemment, les autres s'étaient moqués de lui. Un garçon qui lit, dessine, danse, et a des cheveux mi-longs, s'expose souvent à la stupidité de ses congénères masculins.

"C'était un matin de janvier, j'avais treize ans. On avait reçu une lettre de maman. Maman ? Qui c'était déjà ? Je n'arrivais plus à m'en souvenir. Elle avait envoyé une petite bague rouillée avec un diamant pour Aelinn, et disait qu'elle viendrait dans dix jours. Ça ne nous avait fait ni chaud ni froid. Papa n'avait pas beaucoup d'argent à cette époque, on menaçait de le virer, il était épuisé, et il faisait très froid à Dublin. On était très inquiets. Il ne trouvait même pas la force de reprocher à Aelinn ses fréquentations.
Et puis, je suis tombé malade. Ça arrivait souvent, mais c'était le mauvais moment. Papa rentrait tard, et partait tôt. Il n'y avait personne pour me garder. Aelinn a veillé sur moi, en parfaite jumelle qu'elle était. On pensait demander de l'aide, mais papa refusait.
Finalement, elle a aussi contracté la maladie. Une vilaine grippe. Vu que je commençais à aller mieux, on avait donc inversé les rôles. Son petit ami est venu la voir, malgré la grippe. Il a dit qu'il ne l'attraperait pas, mais elle avait peur pour lui.
Un jour, nous étions sortis dehors, presque tous les deux soignés. C'était aujourd'hui que maman revenait. On ignorait à quoi elle ressemblait. On avait marché un peu, et étions allés à la bibliothèque, en attendant son heure d'arrivée. Et puis, c'était arrivé. Ce jour, je ne l'oublierais jamais. Aelinn est soudainement tombée, sans prévenir. Elle avait les yeux grands ouverts, ne répondait à aucun de mes appels. La bibliothécaire a appelé les secours. J'ai crié, jusqu'à l'arrivée des secours, ait essayé de la réanimer.
Quand ils l'ont emmenés, je savais que c'était fini. Je le savais déjà. Nous n'étions plus rien. Plus rien qu'une moitié d'un couple de jumeaux.


Aelinn Efflamm, treize ans, née le 16 octobre, décédée le 23 janvier à seize heure. Rien de plus à noter.
La mère était arrivée à la même heure, avait trouvé la maison vide. Elle n'avait pas appelé le mari, avait seulement attendu. Aenor et le père n'étaient rentrés que le lendemain. Le père a salué la mère, hésitant, avec encore des traces de larmes sur les joues, mais Aenor ne lui a rien jeté de plus qu'un regard lourd de sens : c'était à cause d'elle. C'était à cause d'elle tout ça. Elle avait mit les pieds dans la maison à l'heure exacte de la disparition d'Aelinn.
Elle les avait tué. Elle avait tué deux enfants.
Les seuls mots qu'elle a échangé le lendemain avec son fils, n'étaient que violence, remords. Il criait que c'était de sa faute, qu'elle les avait abandonné, et à peine revenu, la seule chose à part son père auquel il tenait avait disparue. Il la tenait responsable de la mort d'Aelinn.
Le père a bien tenté de raisonner le fils, mais c'était vain. Il restait là, roulé en boule sur le lit, serrant la peluche de sa sœur contre son cœur, à respirer la douce odeur de ce qui avait été sa jumelle. Il sanglotait, comme un enfant, appelant Aelinn à mi-voix tout le long, si bas qu'on aurait dit qu'il murmurait un secret. Si bas qu'on aurait dit que d'ici peu on ne l'entendrait plus. Si bas qu'on avait fini par ne plus l'entendre.

Un mois est passé. Un mois de profond mutisme de la part d'Aenor. Il ne parlait plus, ne mangeait qu'à peine, maigrissait, ne travaillait plus, et le garçon rêveur qu'il avait été n'était plus que l'ombre de lui-même. Et puis...

"Aelinn n'était plus là. C'était ce que j'avais pensé au début. Mais sans elle, je me sentais vide. Après la rage profonde qui m'avait animé les quelques jours après sa mort, j'avais eu l'impression d'être vide. Un peu comme un caillou. J'avais juste envie de pleurer, de ne pas bouger, et de la rejoindre. Parfois, je pensais à attendre un bus, et leur demander si ils pouvaient m'emmener chez les morts. Si il y avait une créature magique par là, elle n'aurait pas refusé. Mais il n'y avait sûrement rien. Nous croyions en la magie avec Aelinn, elle plus que moi encore, mais maintenant, j'avais l'impression que c'était lointain. J'avais ressentit le besoin de lire. Je m'étais levé, constatant que j'avais déchiré les pages de tous mes livres. Je ne voulais pas sortir de la chambre, alors, j'ai ouvert pour la première fois depuis longtemps l'armoire de ma soeur. Je n'y avais même pas jeté un oeil depuis presque notre arrivée à Dublin. Il y avait ses vêtements, soigneusement rangés et repassés, d'un côté, ses bottes d'hiver, ses chaussons roses, une petite boîte, un carnet, et des livres. J'avais d'abord lu tous ses livres. Des romances. C'était doux, comme un bonbon tout mou au caramel. J'avais envie d'en être le héros, qu'importe la personne qui vivrait ça avec moi. J'avais eu envie d'avoir Aelinn à mes côtés, qui m'aurait dissuader de voir cette personne, comme je l'avais fait, qui m'aurait finalement aidé, à qui j'aurais put me confier. Et penser qu'il n'y avait plus personne laissait quelque chose de creux dans mon cœur. C'était comme avec un gâteau, auquel on n'avait laissé qu'une petite part, la plus laide, la plus mauvaise. J'avais l'impression de ne plus être que ça.
J'avais lu le carnet d'Aelinn. Son journal intime. Je savais tout ce qu'elle y avait marqué, je le savais plus que tout. Sur la couverture, il y avait pleins d'autocollants, représentant de petits lapins blancs. Et j'avais ouvert la boîte. A l'intérieur, il y avait des babioles, des cadeaux de ses copines, et des photos. Des photos de nous petit. La première remontait à avant notre déménagement, peu avant la mort de Roger, le chien de papa. Nous étions tous les deux accroupis près du chien, qui tirait la langue, et avait posé son regard doux sur l'objectif. Roger... Ça me paraissait lointain, mais j'avais le cœur serré malgré tout. Derrière cette photo, il y avait une inscription "30 mai, à la maison. Nous sommes allés chercher des myrtilles pour papa." L'écriture était maladroite, mais plus belle que la mienne. Aelinn avait toujours mieux écrit, été plus sociable, douée, intelligente... Pourquoi c'était elle qui était partit ? Pourquoi elle, et pas moi ? Qu'est ce que j'étais sans elle ?
Rien. Je n'étais plus rien."


Une semaine après, la mère a demandé à emporter son fils en Australie. C'était là où elle était partit sans prévenir. La situation paraissait ridicule à Aenor. Elle disparaissait sans prévenir, revenait le jour de la mort de sa jumelle, et souhaitait l'arracher à son père. Elle souhaitait l'arracher à son pays natal pour un autre qu'il ne connaissait que dans les livres. Mais il n'avait pas le choix : son père ne pourrait pas s'occuper de lui. En réalité, Aenor songeait qu'il était un poids pour son paternel, qu'il lui rappelait Aelinn, parce qu'ils étaient identiques. Si ce n'est qu'Aelinn avait toujours été rayonnante de joie, toujours souriante, à tournoyer sur elle-même quand elle était heureuse, avec sa robe et ses longs cheveux, qui lui donnaient un air féérique. Aenor avait toujours marché dans son ombre, n'avait été qu'un reflet. Toujours tout seul, perdu dans les livres, dans la fiction, souvent malade, plus petit, moins présent.
Aenor est donc partit en Australie. L'Australie, c'était un joli pays. Mais Aenor s'en fichait, parce qu'il souhaitait se perdre dans les livres. Arrivé dans l'appartement de sa mère, il n'avait toujours pas dit un mot depuis leur départ. Il n'avait pas parlé depuis la mort de sa sœur. Même pas pour dire au revoir à son père, même pas pour dire un mot à l'ancien petit ami de sa jumelle. Tout recommençait.

"J'ai finalement reparlé. J'avais l'impression de ne plus savoir comment faire, comme si ma langue natale était aussi dure à prononcer qu'un poème suédois quand on ne le parlait pas. Je m'étais disputé avec ma mère, après mon entrée à l'école. Parce que je ne parlais pas, et que je racontais des histoires effrayantes. Ils disaient que j'étais bizarre. J'avais refait ma teinture, parce que le roux se voyait trop à la base. Ils étaient aussi effrayés par mes rituels. Ils disaient que c'était étrange. Quand j'avais commencé ? Pourquoi ? Je voulais ramener Aelinn à la vie. Peu importe comment. Je croyais à nouveau en la magie, comme elle y avait crut. Je pouvais raconter n'importe quoi, je n'en avais plus rien à faire. Je n'avais pas d'amis, je passais ma vie à lire, travailler, et dessiner. Parfois, j’essayais de danser comme ma sœur le faisait, mais je ne parviendrais sûrement jamais à l'égaler. Elle avait gagné des compétitions, pas moi. J'étais trop nul.
Je voulais échanger ma place avec Aelinn. Ce serait parfait. Je n'étais plus personne sans elle. Et ma mère, c'était une inconnue. Elle ne comprenait rien à Dickens, ni à Kafka, encore moins à Hugo. On ne pouvait parler de rien avec elle. On se disputait juste. C'était la seule chose qu'on faisait. J'avais appris à cuisiner seul, parce que parfois elle ne revenait pas. J'avais pensé à me plaindre à des gens, mais je n'étais pas assez bête pour causer des ennuis à une inconnue. Cette femme n'était rien pour moi. Rien à part quelqu'un qui me permettait de me loger. Je la soupçonnais de s'être remariée parfois, bien qu'elle ne traîne avec personne quand je la voyais. Elle avait encore ses papiers, elle n'avait pas put de toute manière. Parfois, j'avais envie qu'elle me jette dehors. De partir. Je ne devais pas fuguer, je préférais être abandonné, comme un animal à la SPA. Mon père n'irait pas me chercher, fauché comme il était, et ma mère serait bien contente de ne plus m'avoir dans les pattes. Une famille d'accueil serait mieux.
Maman était homophobe, et j'y avais vu un moyen de me faire virer de chez elle. Je l'avais découvert quand elle avait prit un air dégoûté en voyant deux femmes s'embrasser, et avait dit que ces gens méritaient la peine de mort. En Irlande, c'était légal, et pas si mal vu, en Australie, il me semblait qu'il n'y avait pas trop de risques non plus.
J'avais donc cherché à la dégoûter. J'avais soudoyé un retour à la maison accompagné avec un baiser rapide sous le nez de ma mère contre des sous que j'avais volé à ma mère, à un garçon de la classe au-dessus. Il n'y avait aucun doute sur le fait qu'elle allait se débarrasser de moi. Le plan, allait marcher. On était rentrés à la maison. Le gars était gêné. Il était hétéro machin après tout. Mais sa petite copine était au courant que c'était que pour une magouille. Ma mère était rentré, j'avais frappé à la porte, et avait attendu qu'elle m'ouvre, après avoir attrapé la main de mon complice. Aussitôt, le gars avait parut gêné, n'osant rien faire. En fait, j'aurais été mal placé pour faire une leçon, car je ne pouvais rien faire non plus. Je venais juste de noter que je n'avais jamais embrassé quelqu'un... Et ils n'expliquaient pas comment faire dans les livres ! Malgré cela, ma mère nous avait claqué la porte au nez. Le coup de se tenir la main avait marché."


Peu après, Aenor avait été envoyé à Sydney, au Sud-ouest du pays, carrément à l'opposé de là où sa mère habitait. Le coup du faux-couple lui avait peu plut, mais l'argent ayant disparut du bocal où elle rangeait ça soigneusement (comment avait elle deviné qu'il en manquait d'ailleurs ?), et la lettre du directeur avec diverses plaintes avaient fait empirer la chose. Encore une lettre où l'on se plaignait d'un comportement déplaisant, et effrayant aux yeux des autres. Pour en venir à ce comportement, Aenor racontait des histoires de paranormal, des trucs sortis de ses livres, qui pouvaient effrayer, et avait lui-même un comportement un peu inquiétant. Il avait beau être le meilleur de sa classe, ça ne changeait rien au fait qu'il soit l'auteur de bien des frasques.
En mai, il a alors été transféré dans une nouvelle école, et dans le pensionnat. Évidemment, avec le dossier étrange qui lui colle à la peau, il ne s'attend pas à être tranquille. Tout ce qui semble l'intéresser pour l'instant, c'est le nombre de livres qu'il va pouvoir lire, et le niveau scolaire de son nouvel établissement... Bien qu'il pense toujours sérieusement à ressusciter sa sœur, ce qui semble inquiétant... Malgré cela, il reste toujours en lui quelque chose d'enfantin. Quelque chose d'oublié, qui ne concerne pas sa sœur, et l'obsession qu'est réussir ses études, sans même savoir où ça débouchera. Une innocence qui se ressent peut être encore parce qu'il ballade dans un sac le lapin en peluche de sa défunte soeur...

Infos Complémentaires :
▬ Ton petit pseudo : Maevis ou LeTank
▬ Comment as-tu atterri ici ? : Par voies postales ! Via Saotome Gakuen en fait. Je cliquais de forums en forums, et je suis arrivée ici
▬ Tu as un DC ? Si oui, qui : Personne
▬ T'en penses quoi, du coup ? Je viens d'arriver, je ne peux pas émettre véritablement un avis... Mais c'est déjà très joli, et bien organisé.
▬ Tu affirmes avoir bien lu le règlement ? Oui, je crois... .-.
Codage par Tyria - Crimi


Dernière édition par Aenor Efflamm le Jeu 14 Juil - 13:06, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jenny C. Robinson
Personnel
Personnel
avatar

Messages : 2460
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Surnom: Jen'
Âge: 26
Chambre/Appartement: À la pension, au premier étage.

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 30 Juin - 14:35

Bienvenuuuue ♥

Bon courage pour la fin de ta fiche :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionmakeitcount.forumactif.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 30 Juin - 17:58

Merci beaucoup ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jenny C. Robinson
Personnel
Personnel
avatar

Messages : 2460
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Surnom: Jen'
Âge: 26
Chambre/Appartement: À la pension, au premier étage.

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 30 Juin - 18:06

Je t'en prie ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionmakeitcount.forumactif.com
Kristopher Moreau
Pensionnaires
Pensionnaires
avatar

Messages : 24
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 07/03/2015
Age : 19
Localisation : Dans mon royaume des fruits de mer!

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 30 Juin - 19:59

Bienvenue! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celena Pokora
Etudiants
Etudiants
avatar

Messages : 76
Date de naissance : 25/03/1992
Date d'inscription : 26/03/2014
Age : 25
Localisation : Belgique

Feuille de personnage
Surnom:
Âge: 17
Chambre/Appartement:

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 30 Juin - 20:35

Bienvenue sur Coral !

Bon courage pour la fin de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Antaeus
Pensionnaires
Pensionnaires
avatar

Messages : 138
Date de naissance : 15/05/1994
Date d'inscription : 15/01/2015
Age : 23

Feuille de personnage
Surnom: Ju'
Âge: 17 ans
Chambre/Appartement:

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Ven 1 Juil - 8:05

Bienvenue ! L'histoire de tes jumeaux est trop mignonne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenny C. Robinson
Personnel
Personnel
avatar

Messages : 2460
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Surnom: Jen'
Âge: 26
Chambre/Appartement: À la pension, au premier étage.

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Jeu 7 Juil - 13:22

Coucou ♥

Tu écris bien, j'aime ton style :3

Je viens de m'apercevoir que tu avais fini ta fiche, je te valide donc avec un peu de retard, désolée :/

Bon jeu ♥

Tu as juste à réserver ton avatar et si jamais tu ne trouves pas un sujet précis, tu me préviens via message privé ^^

Si tu as besoin de quelque chose, tu me le dis aussi :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionmakeitcount.forumactif.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Ven 8 Juil - 22:59

Bonjour,

Merci beaucoup !
Je pense pouvoir m'en sortir pour l'instant, merci Jenny !
Revenir en haut Aller en bas
Philibert Shakespeare
Citoyens
Citoyens
avatar

Messages : 88
Date de naissance : 03/04/1985
Date d'inscription : 04/03/2015
Age : 32

Feuille de personnage
Surnom: Phil
Âge: 25
Chambre/Appartement: À l'étage de ma confiserie

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Sam 9 Juil - 0:24

Hey !

C'est Jenny :3

Je t'en prie ! On peut RP ensemble ? <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Sam 9 Juil - 9:31

Bien sûr, ce serait avec plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Philibert Shakespeare
Citoyens
Citoyens
avatar

Messages : 88
Date de naissance : 03/04/1985
Date d'inscription : 04/03/2015
Age : 32

Feuille de personnage
Surnom: Phil
Âge: 25
Chambre/Appartement: À l'étage de ma confiserie

MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    Sam 9 Juil - 9:41

Cool ! Au lieu de flooder ta fiche, je vais t'envoyer un message tout à l'heure :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux    

Revenir en haut Aller en bas
 
Aenor - Moitié d'un couple de jumeaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Couple de l'année
» Partie 68 (deuxième moitié)
» Couple sous couverture. Trouée
» les jumeaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Un peu de paperasse :: ➺ Les archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: