AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lola Williams (finish ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lola Williams
Etudiants
Etudiants
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 13/03/2014

MessageSujet: Lola Williams (finish ♥)   Jeu 13 Mar - 12:41

Lola Williams - Hatsune Miku (Vocaloid)
Infos Générales :
▬ Âge et Date de Naissance : J'ai 21 ans, je suis née le 30 avril 1995.
▬ Nationalité : Je suis mi-italienne, mi-australienne.
▬ Sexe et Sexualité : Je suis une fille et j’aime tout le monde !
▬ Groupe : Je suis étudiante à l’université, donc Étudiants
▬ Club : //
▬ Études : Université, second grade. J'étudie la photographie.
▬ État Civil : Tu n’es pas au courant ? Je suis fiancée (j’ai été forcée, ce n’est pas de mon plein gré !) à un mafieux mais Pippo m'a sauvée... je crois.
▬ Travail : J'aide les personnes en détresse, que je croise dans mon quartier : des vieilles dames à porter leurs courses par exemple ou encore des parents qui ont besoin que je garde leurs enfants ou leurs animaux, ce genre de choses quoi.
Description Physique :
Je mesure un peu moins d'un mètre soixante-dix, pour cinquante-cinq kilos et quelques grammes. Je ne suis pas anorexique, je ne me trouve pas maigre, juste normale. Pourtant, mes parents tentent de me remplumer. Je ne manque aucun repas, que ce soit le petit-déjeuner, le déjeuner ou le dîner. Ma mère trouve que je picore, comme les oiseaux. Tant que je mange quelque chose hein...
J'ai hérité de la blondeur de ma mère et de l'azur qui colore mes iris de mon père. Mes cheveux sont longs, à peu près jusqu'au milieu du dos. Je ne songe pas à les couper, si ce n'est ma frange rebelle. Je crois qu'il n'y a aucune mèche qui soit de la même longueur. J'adore ma chevelure. Il m'arrive de me faire des couettes, une tresse ou de les laisser tomber en cascade dans mon dos.

Comme tous les êtres humains, j'ai aussi un nez, une bouche, des oreilles, tout ça quoi. Tout ce qui a de plus normal jusque-là. J'ai peut-être quelques formes généreuses mais moi, je me trouve normale pour une jeune fille de mon âge.

Il y a juste un événement assez inattendu qui va changer ma vie... et mon physique. En particulier la couleur de mes cheveux. Aujourd'hui, ils sont bleus. Je dirais qu'ils sont d'une nuance ou deux plus foncés que mes yeux.

Bon, assez parlé de mon physique.

Passons à ma garde-robe, qui se compose d'uniformes de différentes couleurs ; que ce soit un ensemble pantalon-T-Shirt-veste ou jupe-T-Shirt-veste. En ce qui concerne toutes ces robes de soirées -ou pas puisque j'en ai de toutes les sortes-, je ne les aime pas. Elles sont trop décolletées, trop sombres ou colorées, trop sexy. Cela ne me ressemble pas mais je suis obligée d'en porter lorsque je reste à la maison ou que j'assiste à des soirées pour les occasions spéciales quoi.

Tu veux en savoir plus ? Eh bien, retrouve-moi, je ne suis pas difficile à trouver.

Description Mentale :
J'ai tendance à me méfier des inconnus. Lorsque j'en croise dans la rue, je les détaille pendant trente secondes, peut-être une minute et ça me suffit pour deviner s'ils sont sympathiques... ou pas. Certaines personnes n'aiment pas être observées, elles ont tôt fait de se rapprocher de toi pour demander d'un ton agressif s'il y avait un problème. Si je m'aperçois que je peux papoter avec un étranger, je n'hésiterais pas. Si ça peut me permettre d'agrandir mon cercle d'amis, qui est assez restreint, je ferais le premier pas. Si tu fais tout pour paraître antipathique, je continuerais mon chemin sans t'accorder un dernier regard. Je suis donc plutôt sociable, assez ouverte en plus de ça, puisqu'il n'y a aucun sujet qui peut me fâcher. Et pourtant, il m'arrive d'être énervée. S'il y a quelque chose qui ne va pas, ou si je suis de mauvaise humeur, il vaut mieux m'éviter. Je suis assez désagréable. Je ne suis pas violente au point d'en venir aux mains, mais je n'hésiterais pas à te gifler si tu attises ma colère. Je ne vais pas tout te dévoiler, ça ne serait pas très drôle, alors viens me tenir compagnie si tu veux découvrir le reste de ma personnalité. Je ne mords pas, sauf si tu me le demande...

Histoire :
Je m'appelle Pénélope Xodo Lupina. Mes parents m'ont donné tous deux leur nom de famille. C'était important pour eux, surtout pour mon père. Il est dans la mafia, certaines règles sont primordiales pour lui. Quant à ma mère, eh bien, elle fait aussi partie de ce milieu. C'est étrange pour une femme, n'est-ce pas ? Si ma mère est aimée dans ce milieu, pour mon père, c'est un tout autre sentiment : il est haït. Il faut dire qu'il n'est pas très diplomate, surtout quand il s'agit de ses missions. Au lieu de trouver un arrangement, il abat tous ceux qui osent le contrarier. Ma venue au monde ne l'a pas adoucit, bien au contraire !

Tout d'abord, ce cher père souhaitait avoir un fils, pour qu'il reprenne ses affaires. On ne s'entend guère, lui et moi. Il m'a toujours forcée à me soumettre à ses propres règles, mais je me suis rebellée contre lui. Ma mère prenait ma défense au début. Elle a fini par rejoindre mon père en m'expliquant tout ce que je devais faire : oublier l'école, les diplômes, le boulot. J'étais faite pour remplacer mon père plus tard. Tu parles d'un héritage...

Mes parents avaient jeté toutes mes affaires, fringues comme livres et j'en passe. Ils ont tout remplacé par des robes. Je n'arrive même plus à les compter tellement j'en ai. Ils m'emmènent avec eux à leur soirée, ils sont fiers d'avoir une fille aussi jolie que moi, bonne à marier et tout. Mon père considérait un des mafieux comme son fils, et ce soir-là, il me présenta à lui. J'ignorai complètement cet homme, mais malheureusement pour moi, mon cher père avait promis ma main à ce type. Il n'était donc pas assez riche comme ça, il a fallu qu'il me fiance à un inconnu. Alors ça, c'était la meilleure. J'avais seize ans, j'avais d'autres chats à fouetter que de me marier avec un mafieux, bordel. Alors, ma réaction a été de lever ma main pour gifler l'homme et mon père aussi, dans la foulée, avant de tourner les talons. Ma mère me courut après, tandis que mon père se confondait en excuses. Quel joli tableau.

Une fois à la maison, tous les trois, mon père m'insulta avant de me frapper. Ma mère semblait effrayée, mais elle ne fit ou ne dit rien pour me défendre. Quelle famille de fous. En même temps, c'était le milieu de la mafia. Qu'est-ce que j'y pouvais, hein ? Rien.

Nous étions loin de nous douter que quelqu'un nous épiait. L'intrus avait assisté à toute la scène. Et quelques instants plus tard, la double-fenêtre du salon vola en éclats. Je me précipitai derrière le canapé, paniquée, tandis que mon père se battait contre... ils étaient combien exactement ? C'était quoi ce bordel ? Je vis ma mère se jeter sur deux hommes avant d'entendre des coups de feu. Soudain, je sentis qu'on me tirait par le bras. J'avais beau me débattre, on m'entraîna hors de la maison. Mes yeux bleus croisèrent le regard du mafieux, celui que je devais épouser et il semblait fort énervé. Au moment où il me força à m'asseoir dans la limousine noire, j'entendis un "BONG !" et puis plus rien. Juste la voix d'un vieil homme qui tentait de me rassurer et encore une fois, je fus entraînée contre mon gré dans... une de ces anciennes voitures.

Cette fois, je m'étais laissée faire, parce que j'en avais vraiment assez de me faire ballotter dans tous les sens. Est-ce que je venais bien de vivre tous ces moments ? J'osai adresser un regard au vieil homme, assis à côté de moi, sur la banquette arrière. Un autre homme, beaucoup plus jeune que lui, conduisait. Je ne sais pas où on allait, mais tous deux avaient l'air de savoir où m'emmener.

- Heu... dites, je suis en train de rêver là, hein ?


Moi, naïve ? Non, absolument pas. Je sentis un pincement à mon poignet gauche et j'eus la réponse à ma question : c'était bien réel.


- Vous êtes muets, c'est ça ? Vous n'auriez pas un papier et un crayon pour écrire ? J'aimerais bien savoir ce qui m'arrive là...


Le chauffeur se contenta de regarder la route, tandis que le vieillard contemplait le paysage. Génial. C'était absolument génial. Je venais d'assister au meurtre de mes parents... ou pas puisque je ne savais pas ce qu'il s'était vraiment passé, j'avais échappé à un kidnapping et finalement... je m'étais fait kidnappée pour de bon cette fois. Je poussai un soupir, à la fois épuisée de ma journée et irritée de rester dans l'ignorance. Je demeurai alors silencieuse, jusqu'à ce que je me rende compte que nous quittions la frontière.

- Oh ! On quitte l'Italie ? Vous pourriez au moins me dire où vous m'emmenez !

- En Australie, jeune fille.


C'était une blague ? Pourquoi j'irais dans ce pays moi ? Je n'ai aucune famille là-bas. Et puis, je n'avais pas ma carte d'identité sur moi, je n'avais pas de passeport, je n'avais rien. Tout était resté à la maison, même mon téléphone portable. Ils avaient dû tout prévoir, ils n'avaient pas l'air anxieux, juste calmes. Ce silence et ce voyage allaient durer encore longtemps ? Je tendis la main droite vers la poignée de la porte pour tenter de l'ouvrir, en vain. En même temps, on devait rouler à plus de cent à l'heure donc ce n'était pas étonnant que les portes étaient verrouillées. Ils avaient pensé à tout.


Nous arrivâmes ENFIN à Sydney au beau milieu de la nuit ou plutôt... vers six heures du matin. Le chauffeur gara la voiture sur le parking d'un port. Je regardai autour de moi, après être sortie du véhicule bien sûr, mais l'homme me prit par le bras et m'entraîna vers un... yacht. J'écarquillai les yeux, surprise mais je n'eus pas le temps de m'attarder : le vieillard nous suivit et nous nous sommes dirigés droit sur une île que je connaissais pas. Ensuite, nous prîmes un taxi pour se retrouver devant une villa, et le vieillard sorti le premier. Il me laissa la porte ouverte pour que je puisse sortir à mon tour. Pressée de sortir de ma "prison", je ne le fis pas attendre longtemps avant de me retrouver à ses côtés. J'en restai bouche bée devant ce magnifique paysage : un ciel bleu, sans nuages et une sacrée baraque.

- Ouah ! C'est génial !


Je me sentais déjà chez moi, oubliant momentanément tout ce qui s'était passé jusque-là. Je sentis une main sur mon bras et mon regard bleu se tourna vers le vieillard, qui m'incita à le suivre à l'intérieur de la villa. Je crois que l'heure des explications avait sonné.

Une fois à l'intérieur, je me dégageai de l'étreinte le temps de visiter les lieux. Tout était immense, j'étais subjuguée. Puis, une femme fit son apparition. Elle apportait le thé dans le salon, et lorsque j'entrai dans la pièce, le vieillard était déjà installé dans le canapé. Je me laissai tomber à ses côtés et il me tendit des papiers. Cela ressemblait fort à une carte d'identité, un permis de conduire et tout le tralala. Je m'emparai des documents et lu à voix haute :

- Lola Williams, née le 30 avril 1995...


Une nouvelle identité ? J'interrogeai le vieillard :

- Je m'appelle Pénélope Xodo Lupina, pourquoi Lola Williams ?

- C'est votre nouvelle identité, Lola. Vous allez devoir vous y habituer. Nous ne pouvons rien vous dévoiler pour le moment, alors évitez de poser des questions.


La curiosité est un vilain défaut, hein ? Je trouverais bien quelqu'un qui acceptera de tout m'expliquer, non ? Le vieillard semblait lire dans mes pensées, alors je chassai cette idée de mon esprit.

- Je n'ai pas le choix, hein ? Mais pourquoi Lola Williams ?

- Tu es désormais la petite-fille de Pippo Williams.


Pippo Williams ? J'imagine qu'il parlait de lui... mon grand-père ? Qu'il en soit ainsi. Ne devais-je pas me taire ? Autant que je m'y fasse tout de suite.

- C'est vous, Pippo ? Enfin... toi. Je dois t'appeler comment ? Pippo ? Papi ? Grand-père ?

- À toi de voir, petite.


Il ne m'aidait pas là... je me décidai enfin à m'emparer d'une tasse pour goûter le thé. Il était délicieux. Pippo me laissa finir ce petit encas avant de me dire :

- Tu es prête Lola ? Nous avons plusieurs rendez-vous aujourd'hui.


Des rendez-vous ? Il ne me laissa pas le temps de répondre : le chauffeur fit son apparition pour nous annoncer que la voiture était prête. Génial. Où comptaient-ils m'emmener encore ? Nous commençâmes par nous rendre dans un salon de coiffure et j'eus un mouvement de recul avant de m'installer. Je ne voulais pas de coupe et je priais pour qu'on ne touche pas à la longueur de mes cheveux... je sentis seulement quelque chose de froid et en osant ouvrir mes yeux, je vis la coiffeuse enduire ma chevelure de produit. Une couleur ? Elle avait osé ? Bah, c'était mieux qu'une coupe, non ? Lorsque je ressorti du salon de coiffure au bout d'une heure, j'étais plutôt contente du résultat : un bleu d'une nuance ou deux plus foncé que mes yeux. Ce n'était pas fini, puisque le chauffeur m'entraîna vers une boutique de fringues, tandis que Pippo attendait dans la voiture. Nous passâmes le reste de la journée à m'acheter plein de choses, avant de rentrer en début de soirée. Je n'en pouvais plus mais j'étais plutôt contente : je crois qu'il ne me manquait rien. J'avais ma propre chambre, ma propre salle de bain... j'étais gâtée.

Mon grand-père m'appris ensuite que je devais reprendre mes études, alors j'allais au lycée, situé près d'une pension. J'avais toujours eu un penchant pour la photographie, et Pippo n'était pas contre. Je fis ensuite mon entrée à l'université. Le vieillard souhaitait que j'intègre la pension cette fois, pour que je me fasse des amis. Il me voyait toujours en train d'étudier dans ma chambre ou dans le salon, je sortais rarement. Il s'inquiétait pour moi. Ainsi, pour lui faire plaisir, je pris quelques affaires avant de me rendre dans cette fameuse pension. Je ne savais pas ce qui m'attendait là-bas mais je ne fus pas longue à le découvrir...

Infos Complémentaires :
▬ Ton petit pseudo : Suki pour Hugh, Jenny, Rose ou Lilly pour les autres
▬ Comment as-tu atterri ici ? : J'ai prié et HOP ! la pension s'est construite selon mes prières ♥ *décampe*
▬ Tu as un DC ? Si oui, qui : Jen', Malika-Rose et Lilly !
▬ T'en penses quoi, du coup ? Je l'aime ♥
▬ Tu affirmes avoir bien lu le règlement ? Non mais je l'ai écrit, ça compte ?
Codage par Tyria - Crimi


Dernière édition par Lola Williams le Sam 23 Juil - 15:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lola Williams (finish ♥)   Jeu 13 Mar - 17:30

Bienvenue Petite Lola~ *fais un câlin*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lola Williams (finish ♥)   Jeu 13 Mar - 18:11

J'adore la bio Surprised une italienne (on s'en fout de la moitié) pour être copine avec Nina ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lola Williams (finish ♥)   Jeu 13 Mar - 19:12

Déjà, j'adore ton avatar, ensuite, j'adore ce que tu as écrit et finalement, bienvenue !!!! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jenny C. Robinson
Personnel
Personnel
avatar

Messages : 2447
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Surnom: Jen'
Âge: 26
Chambre/Appartement: À la pension, au premier étage.

MessageSujet: Re: Lola Williams (finish ♥)   Jeu 13 Mar - 21:37

Merci les loulous ♥

J'ai la permission de Dune, qui n'est pas très bien en ce moment, pour valider Lola Pom\'heureuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionmakeitcount.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lola Williams (finish ♥)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lola Williams (finish ♥)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Me presento, me llamo Amaliya Sobrey Duffing {FINISH}
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» [Finish] Because I love you ... Athens [Caly' & Alecto]
» Horrible...Histoire de la petite Lola...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Un peu de paperasse :: ➺ Les dossiers :: Inscriptions :: Jeunes validés-
Sauter vers: